La biodiversité, volet délaissé de la transition écologique ?

L’annonce de la démission de Nicolas Hulot a été un véritable électrochoc. De nombreuses voix regrettent ce départ, inquiets du manque de militantisme du nouveau ministre et de la perte d’intérêt pour la biodiversité. Question soulevée dans de nombreux dossiers gouvernementaux, la diversité biologique a même fait l’objet d’un plan national mené par l’ancien ministre d’Etat. En attendant que ce chapitre soit repris par François de Rugy, B&L évolution vous rappelle l’importance de la biodiversité pour les entreprises et les territoires.

La biodiversité est au centre de nombreuses problématiques liées à l’entreprise. Mener des actions en faveur de la biodiversité permet d’avoir une vision plus durable de ses activités, de renforcer ses liens avec son environnement et s’inscrit dans la lutte contre le changement climatique. Il est important d’insister sur l’identification des risques et dépendances de vos activités à la biodiversité et aux services écosystémiques. Nous encourageons les entreprises à aiguiller leur modèle économique vers une meilleure sobriété environnementale et à définir une stratégie biodiversité (par exemple en intégrant la biodiversité à votre matrice de matérialité, axes stratégiques et chaîne de valeur ou en améliorant votre communication et reporting RSE sur les critères biodiversité).

Les entreprises, visées par cette manifestation à minimiser l’impact de leurs activités sur la biosphère, sont questionnées sur leur capacité à produire ou consommer différemment, et à préciser les mesures d’accompagnement attendues. Nos modèles de production et de consommation, basés sur une exploitation de ressources naturelles dont le renouvellement n’est pas assuré et qui détruit parfois de façon irréversible des écosystèmes, ont une forte empreinte écologique sur la nature. Nous sommes d’avis que les entreprises doivent faire de la biodiversité le moteur du changement de leurs modèles de production et de consommation afin de réduire leur empreinte écologique en France et à l’étranger. Economie et biodiversité sont tout à fait compatibles !

Les territoires, quant à eux, doivent aussi améliorer les liens avec la biodiversité, en travaillant notamment sur la réhabilitation des fonctionnements écologiques et renforcer la protection des espaces et des espèces. Pour cela, la Trame Verte et Bleue est un exemple d’outil particulièrement adapté pour concilier la préservation de la biodiversité et les activités humaines (transport, agriculture, industrie…).

Fixons des objectifs clairs qu’entreprises et collectivités puissent atteindre pour mettre en place des mesures efficaces et durables en faveur de la biodiversité. B&L évolution accompagne les entreprises dans leur stratégie biodiversité pour les entreprises, identifier les enjeux de vos activités pour limiter votre dépendance sur le vivant, faire de la biodiversité un levier de performance. Nous soutenons les territoires dans leur démarche biodiversité, notamment par la mise en place des Objectifs de Développement Durable et l’étude de la pollution lumineuse.

La France, maîtresse de la biodiversité ?

La biodiversité doit devenir, au même titre que la transition énergétique, une dimension à part entière de l’aménagement du territoire pour permettre, une fois préservée, de construire une société plus résiliente face aux aléas du changement climatique et d’améliorer notre cadre de vie en lien avec la nature. Il faut poursuivre cette dynamique de protection de notre territoire, comme les 200 000 hectares acquis par la France et protégés par le Conservatoire du littoral. Membre de nombreux accords multilatéraux de l’environnement, la France est un acteur international de premier plan dans ce domaine. C’est donc tout naturel que notre pays ait été choisi pour accueillir en juin 2020 le Congrès mondial de la Nature de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille. Espérons que ce rendez-vous permettra aux défenseurs de la nature de relever les défis actuels de notre planète !

Dans ce cadre, la France accueillera également en avril-mai 2019, la séance plénière de l’IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) – « le GIEC de la biodiversité » – et assurera en mai-juin 2019, la présidence française du G7 (sommet mondial de la biodiversité). La société française semble se faire une société qui « préserve la nature, qui la répare, qui en prend soin dans et en dehors des espaces protégés car les enjeux et opportunités sont partout » !

Comme l’avait dit Nicolas Hulot, nous avons « le pouvoir et le devoir de réagir » pour réduire les impacts de nos activités sur la planète. Seule une mobilisation collective peut permettre d’inverser cette tendance… et de maintenir un avenir désirable aux citoyens, entreprises et territoires !

Pour suivre toute notre actualité, inscrivez-vous à notre newsletter.

Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité Biodiversité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.