Vers une meilleure connaissance de l’état des écosystèmes français et des enjeux associés

Évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques

Le rapport intermédiaire de l’Évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (EFESE) vient d’être publié. Sa diffusion a pour objet de « stimuler le débat et d’appeler des commentaires et des critiques ».

Les travaux de B&L évolution sur les analyses territoriales des liens entre secteurs économiques et services écosystémiques – dont certains ont été réalisés en partenariat avec l’Institut INSPIRE – sont cités. Ils permettent aux élus de mieux comprendre l’intérêt de conserver la biodiversité pour maintenir et développer les activités économiques de leur territoire et donnent des axes prioritaires d’action.

Nous serions curieux de connaître également votre point de vue !

Rappel

Pilotée par le ministère chargé de l’environnement, l’EFESE s’intéresse à l’état des écosystèmes français, de métropole et d’outre-mer, terrestres et marins.

« Elle vise à documenter les principales évolutions récentes et à venir de leur état, les facteurs à l’origine de ces évolutions, et à en traduire les implications en termes de bien-être et de soutenabilité. Elle vise enfin à identifier des pistes d’action pour une amélioration de notre relation à la nature à travers l’évaluation et la prise en compte de l’état de la biodiversité et des services écosystémiques dans les décisions. »

Pour cela, l’EFESE s’attache à « sensibiliser les acteurs aux enjeux de la préservation et de l’utilisation durable de la biodiversité et à améliorer le pilotage des politiques en faveur de la reconquête de la biodiversité et leur intégration dans les politiques sectorielles ».

Le rapport

Ce rapport intermédiaire constitue « un état des lieux au 31 décembre 2016 de l’apport des réflexions en cours dans le cadre de l’EFESE ». Il s’appuie sur les contributions écrites issues des différents groupes de travail chargés des évaluations par grands types d’écosystèmes.

Le rapport s’inspire en particulier :

  • De l’étude conduite par L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) dans le cadre d’une procédure d’Expertise scientifique collective (ESCo),
  • De contributions issues des séminaires et évènements EFESE,
  • De données issues des rapportages de la France,
  • De contributions de certains acteurs économiques,
  • D’études publiées par le Commissariat général au développement durable (CGDD) et
  • D’autres études et publications pertinentes.

Il offre aux décideurs « une vision d’ensemble des éléments mobilisables au niveau national sur l’état des écosystèmes français et sur les enjeux associés ».

10 messages clés

Le comité de pilotage s’est entendu sur 10 messages clés à l’attention des décideurs :

  1. Le bien-être des Français et la prospérité du pays dépendent de la nature, de sa biodiversité, et de ses écosystèmes,
  2. Les Français retirent également de nombreux biens et services d’écosystèmes qui s’étendent au-delà de nos frontières (…). Leurs comportements peuvent donc avoir un impact sur ces écosystèmes,
  3. Des évolutions préoccupantes affectent de nombreux écosystèmes français et leur biodiversité,
  4. Bien que les relations entre la biodiversité et les services écosystémiques ne soient que partiellement comprises, il est probable que la dégradation des écosystèmes et de leur biodiversité réduise leur capacité à fournir durablement la plupart des services écosystémiques essentiels,
  5. La destruction et la fragmentation des habitats naturels, la pollution de l’air, de l’eau et des sols, la surexploitation des ressources biologiques, le changement climatique et l’introduction et la dissémination d’espèces exotiques envahissantes sont à l’origine des changements importants actuels et futurs des écosystèmes français et de leur fonctionnement,
  6. Ces facteurs de changement directs ont été largement conditionnés par des changements profonds de la société française au cours des 50 dernières années (…). Du fait de ces évolutions, la capacité des écosystèmes français à délivrer un certain nombre de biens et de services dans la durée tend à décroître. Elle est également fortement compromise par les perspectives de changements climatiques qui font peser des risques d’évolutions irréversibles des écosystèmes,
  7. Les actions et les décisions prises aujourd’hui auront des conséquences y compris sur le très long terme pour les écosystèmes, les biens et services écosystémiques et le bien-être des Français,
  8. La marche vers un développement durable exige de réduire les pressions sur les écosystèmes par la combinaison adaptée d’actions de politique publique, de technologies, d’investissements financiers et d’éducation, ainsi que des changements dans les comportements individuels et collectifs et l’adoption d’une approche plus intégrée de la gestion des écosystèmes,
  9. L’existence de solutions gagnant-gagnant est par ailleurs avérée,
  10. La connaissance des multiples valeurs des écosystèmes français et de leurs services doit encore progresser. Par exemple, en quoi les écosystèmes contribuent-ils à la santé des Français ou encore quelle est leur part dans le succès touristique de notre pays et les revenus qu’il rapporte ?

Pour aller plus loin

Nous vous invitons à découvrir le contenu du rapport et en particulier les chapitres suivants :

  • L’état des écosystèmes français et son évolution,
  • Les déterminants qui affectent les écosystèmes français et leur état écologique,
  • Les écosystèmes français contribuent significativement au bien-être individuel et collectif et
  • La société française face à ses écosystèmes – perspectives et opportunités pour inverser les pressions.

Bonne lecture !

Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité B&L évolution, Actualité Biodiversité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.