Nicolas Hulot lance un plan biodiversité mais quelle place pour les entreprises ?

Révolution ? L’annonce de Nicolas Hulot de faire de la biodiversité un enjeu qui s’inscrit dans notre champ de vision au même titre que la bataille pour le climat à de quoi satisfaire les pionniers du développement durable. Mais pour que cela devienne une réalité, chacun doit faire sa part, à commencer par les entreprises qui ont un réel pouvoir – et devoir ! – de faire bouger les choses.

Lors du congrès de l’association des Réserves naturelles de France auquel il était invité vendredi dernier, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a confirmé le lancement de son grand plan biodiversité. Annoncé déjà en octobre 2017, ce plan attendu pour mai 2018 a été présenté dans les grandes lignes. Les acteurs concernés ont été invités à faire des recommandations « pour lutter contre les pollutions, pour inverser la tendance contre l’artificialisation des sols et permettre à la nature de gagner du terrain, ou encore pour protéger les forêts et les océans au niveau mondial », a-t-il déclaré.

Pour rappel, la France concentre 10% de la biodiversité mondiale sur son territoire (métropole et Outre-Mer). Avec cette richesse naturelle, le pays a dû revoir ses priorités puisqu’il accueillera prochainement de nombreuses manifestations internationales. On peut d’ores et déjà noter dans le calendrier international que Paris recevra en 2019 l’IPBES pour sa séance plénière (GIEC de la biodiversité) ainsi que le G7 de l’environnement. Ce sera l’occasion de mobiliser les gouvernements sur les enjeux de la biodiversité.

Pourquoi s’engager en faveur de la biodiversité ?

Alors que des experts de la biodiversité du monde entier se sont réunis fin mars en Colombie pour préconiser des solutions contre l’extinction des espèces, la biodiversité continue d’être au coeur de l’actualité. Les Etats membres de l’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) ont participé à la préconisation de solutions pour minimiser l’impact des activités humaines sur la biosphère.

Du fait de leurs activités qui peuvent accentuer la fragmentation des écosystèmes, la pollution, la déforestation, la surexploitation… ou de leurs pratiques de gestion non durables qui appauvrissent la biodiversité, les grandes entreprises ont été pointées du doigt. Mais c’est bien toutes les entreprises, de la multinationale à la PME, qui doivent se mobiliser tant pour la réduction des impacts de leurs activités sur les écosystèmes que pour la préservation des services et bénéfices qu’elles en tirent.

« Nicolas Hulot avait réclamé lors de son discours à l’Assemblée nationale un sursaut d’indignation pour défendre la faune et la flore. Comme il l’a déclaré, nous avons tous notre part de responsabilité, y compris les entreprises, mais tout le monde ne s’en fiche pas, certaines agissent déjà pour la biodiversité et j’invite toutes les autres à leur emboiter le pas », insiste Sylvain Boucherand.

Certaines PME prennent déjà en compte cet enjeu majeur, en engageant par exemple un dialogue avec leurs fournisseurs, leurs clients et plus largement toutes leurs parties prenantes, afin de mener des actions en faveur de la biodiversité ou de lutter contre le réchauffement climatique. Il est impératif de renforcer les coopérations innovantes pour la biodiversité, tout au long de sa chaine de valeur de ses activités. C’est le cas d’une PME exemplaire que B&L évolution a accompagné : la Maison Cholat, entreprise familiale qui produit farine et aliments pour animaux, a souhaité changer la donne en impliquant agriculteurs et boulangers dans son engagement pour la biodiversité !

Mettre en place une stratégie biodiversité au sein d’une entreprise permet d’innover dans ses produits, services et modèles économiques pour assurer la durabilité de son activité. Travailler à une meilleure prise en compte des écosystèmes, du vivant, de la nature… c’est aussi l’occasion de mobiliser ses collaborateurs autour d’actions positives et de réflexions stratégiques.

S’engager pour la biodiversité permet également de contribuer à la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations unies. D’après une étude publiée par B&L évolution sur la mobilisation des entreprises françaises pour les ODD, la recherche sur la biodiversité est clairement inscrite dans ce cadre international qu’est l’Agenda 2030. Mais aujourd’hui, les entreprises pionnières qui se mobilisent pour la biodiversité font très peu de R&D ou d’innovation sur ces enjeux. Leur implication passe d’abord par des actions de préservation des espèces et surtout des mobilisations à fort impact de communication.

B&L évolution vous accompagne pour une transition écologique réussie notamment par la mise en place d’une stratégie biodiversité efficace et pertinente.

Pour ne rien rater de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter.

Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité Biodiversité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.