L’année 2019 s’est achevée avec la COP25 sur le climat sur une note légèrement décevante. Heureusement, cette nouvelle décennie s’annonce décisive dans la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité. Un point sur les dates à ne pas manquer en 2020.

L’augmentation des températures, la fonte des glaces, l’extinction des espèces… : les scientifiques alertent sur l’appauvrissement de la biodiversité et l’urgence climatique. Comment lutter contre cette crise environnementale ? Les Nations Unies l’annoncent : 2020 est l’année cruciale pour l’environnement. Voici les dates à noter dans vos agendas.

Un Forum sur la biodiversité en février

Quel est l’impact du changement climatique sur la biodiversité et les écosystèmes ? C’est le thème du Forum mondial de la biodiversité qui se tiendra du 23 au 28 février à Davos, en Suisse. L’événement soulignera l’importance de la biodiversité et des écosystèmes et pourquoi la nature est un atout majeur et incontournable pour le développement durable. Cette conférence, organisée par l’Université de Zurich et bioDISCOVERY, contribuera à la mise en place de la vision et du cadre mondial de la biodiversité après 2020, en envisageant la biodiversité sous l’angle du système terrestre. 

La France accueillera l’UICN

Du 11 au 19 juin se tiendra le Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille, un évènement incontournable qui est co-organisé par le Ministère de la transition écologique et solidaire et l’Agence Française pour la biodiversité, devenue l’Office Français pour la Biodiversité (OFB) depuis 2020. L’événement, qui accueillera plus de 100 000 visiteurs, contribuera à définir l’agenda de travail environnemental pour la prochaine décennie.

« Le Congrès mondial de la nature est conçu pour faciliter la réflexion, les solutions collaboratives et la prise de décision afin de relever les défis critiques auxquels notre monde est confronté », souligne l’UICN. « Le Forum 2020, plaque tournante de débat public, mettra l’accent sur la démonstration des meilleures pratiques et des innovations en matière de conservation de la nature, l’établissement de nouveaux partenariats et la définition d’une feuille de route pour l’action ».

Une COP 15 sur la biodiversité très attendue

Si la COP sur le climat et les engagements mondiaux qui en découlent ne sont plus à présenter, la version “Biodiversité” est quant à elle moins connue et pourtant tout aussi importante. Cette réunion mondiale très attendue, qui aura lieu en Chine du 5 au 10 octobre, aura pour principal objectif de faire le bilan du plan stratégique 2011-2020 de la Convention pour la Diversité Biologique (CDB). Quelle nouvelle stratégie mettre en place post 2020 ? Quels engagements et quelles ambitions ? Ce travail de réflexion et de planification stratégique aura lieu lors de cette COP15 sur la biodiversité, qui comprendra entre autres la 4ème  réunion des parties au Protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages. Les 196 parties devront ainsi revoir les objectifs d’Aïchi et proposer un nouveau cadre mondial pour la période 2021-2030 (que l’on espère à la hauteur des véritables enjeux).

L’ONU, un des principaux acteurs dans la transition écologique

Trois ans après la première Conférence sur l’océan de l’ONU, les gouvernements du Kenya et du Portugal organisent conjointement une seconde session du 2 au 6 juin sur le thème : “Intensifier l’action sur les océans fondée sur la science et l’innovation pour la mise en œuvre de l’objectif 14 : bilan, partenariats et solutions”.

La 75ème Assemblée générale de l’ONU aura lieu mi-septembre à New York, suivie par les débats de haut niveau qui débuteront le 22 du mois, sur les Objectifs de Développement Durable, dont le 5e anniversaire de lancement est prévu pour le 27 septembre. Au même moment et au même endroit, un sommet des dirigeants sur la biodiversité pourrait avoir lieu !

2020 devrait se clore par la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, la COP 26, à Glasgow en Ecosse. Une nouvelle COP importante et qui devra répondre à la question suivante : « Sera-t-il possible de s’aligner sur la trajectoire de 1,5°C de l’Accord de Paris ? ». Selon le rapport du PNUE sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, si les émissions mondiales de gaz à effet de serre ne diminuent pas de 7,6 % chaque année entre 2020 et 2030, il sera difficile de se mettre sur la voie de l’objectif de température de 1,5°C. Nous nous dirigeons actuellement vers une hausse des températures de 3,2°C. Si 80% des émissions sont dues aux pays du G20, 15 d’entre eux ne se sont pas engagés à respecter l’objectif de zéro émission nette.

Des journées d’engagement

Plusieurs journées et semaines, éparpillées tout au long de l’année, permettront de mettre exergue les urgences relatives à la biodiversité et au climat :

  • 3 mars : Journée mondiale de la vie sauvage / Journée africaine de l’environnement
  • 22 mai – Journée internationale de la diversité biologique
  • 5 juin – Journée mondiale de l’environnement / Semaine de l’environnement de l’Union européenne
  • 8 juin – Journée mondiale des océans
  • 23-28 août : Semaine mondiale de l’eau “Eau et changements climatiques” à Stockholm

Il est important que tous les acteurs et leurs parties prenantes s’investissent dans la préservation de la biodiversité et des écosystèmes ainsi que dans la lutte contre le changement climatique. Les nombreux programmes présentés lors de ces conférences et événements sont l’occasion de sensibiliser et éduquer davantage mais surtout d’impliquer la population mondiale et les dirigeants dans la transition réussie vers le développement durable !